La rune du LoupđŸș

01 décembre 2017

Cinq ans de travail passionnĂ©đŸș

â€čLorek n'est pas un loup comme tous les autres. Maladroit Ă  la chasse, incompĂ©tent en pistage, il n'est talentueux qu'Ă  amuser les jeunes et explorer les territoires. Grand aventurier dans l'Ăąme, son enfance est vite brouillĂ©e par le dĂ©part prĂ©cipitĂ© et inexpliquĂ© d'Urania, sa mĂšre, louve noire d'encre reconnue pour sa fĂ©rocitĂ© et ses valeurs chĂšres. Jusqu'Ă  oĂč Lorek sera-t-il prĂȘt Ă  s'aventurer pour rĂ©unir sa famille? Qu'est-ce qui pourrait l'arrĂȘter, une fois lancĂ© dans sa quĂȘte? Quelle surprise sera de taille pour le faire rebrousser chemin? Quelle menace le rendra Ă  la raison? Lorek est loin de se douter de quoi Ă  l'air le monde extĂ©rieur. Mais encore plus surpris qu'il sera une fois sa mission mise Ă  terme. Peut-ĂȘtre ne devra-t-il pas ramener uniquement que sa mĂšre? Pendant qu'il court tous les dangers du monde pour elle, un sombre dessein semble se tracer dans l'ombre...â€ș

 

4dddd9b56c56b5dd7fdba47ba3623c4b

đŸșLorek, un loup diffĂ©rent, 2013 ~ 2017đŸș

"C'est un moment de grande émotion pour moi. Moment de réussite et aussi, évidemment, un moment de nostalgie.

Il y a cinq ans de cela, le 24 Novembre 2013, la petite moi de dix ans se faisait garder avec mon petit frÚre. La place étant franchement pas adaptée pour deux extra terrestres comme lui et moi, mon frÚre a eu l'idée d'écrire de courtes histoires d'environ une page, sortant totalement de notre imaginaire tous deux débordants. Je manquais d'inspiration. J'étais devant ma page blanche, le front dans la paume, et j'écoutais le crayon de mon frÚrese frotter à sa feuille, alors que l'inspiration lui sortait par les oreilles. AprÚs qu'il ait écrit, illustré et m'ait lut trois de ses petites histoires, j'ai finalement eu une idée. Je regardais les chevaux, j'en ai vu un qui peinait à se relever et l'autre arriver vers lui en courant, pour le chasser, et j'ai pas compris. Pourquoi? Et ça m'a donné une idée. Un grand prédateur, à l'image publique tellement barbouillée de mensonge écrits au Sharpie, qui prend un risque sur sa vie pour aider un petit animal faible, vulnérable, perdu, persuadé de sa mort. Les noms dormaient dans mon esprit, attendant que j'allume la la mÚche qui ferait exploser la bombe qu'est aujourd'hui un roman.

Le 24 Novembre 2014, trois cahiers jonchent partout, tout le temps. Sur le plancher, sous mon oreiller, sur mon bureau, sur le meuble d'ordinateur, dans mon sac, sous mon lit, dans mes tiroirs à linge. J'écris, j'écris. Et finalement, aprÚs un combat féroce contre la technologie, je flanche et commence à m'y faire.

Juillet 2014; transcription sur l'ordinateur. J'amplifie, j'embellis, j'allonge, je rajoute, je raboute, je ne cesse de m'exprimer Ă  travers mes personnages. Ça devient ma drogue, j'en ai besoin. Le plus gros blitz "Lorek" dans l'annĂ©e 2015. Ce personnage est carrĂ©ment la moitiĂ© de moi, si ce n'est plus.

23 Novembre 2015; Catastrophe!! J'ai fait une erreur, je m'en veux, j'ai perdu Lorek, tous les mots, toutes les phrases, tout, c'est devenu du mandarin ou quoi que ce soit d'incompréhensible. J'ai eu la plus grosse peur de ma vie, la pire aussi. C'est pas comme un sursaut; c'est long, ça fait mal longtemps, et ça fait peur longtemps. Finalement, Alexandre Paradis sauve la situation!

24 Novembre 2017: 44, 36, 33, 29, 15 pages Ă  retravailler avant la fin. La vrai fin. Celle que j'attends autant que je craint.

30 Novembre 2017; 0 pages... C'est la fin. Je suis fĂ©brile, je tremble, tout ça avec quelques larmes et un "Ah caramel!", Vachon. 

Ce roman n'est pas qu'un travail d'Ă©cole. C'est pas un travail qu'un adulte m'a dit: 80 000 mots". Ce roman, c'est une histoire qui a commencĂ© parce que j'ai trop d,inspiration pour ne pas en Ă©taler sur des feuilles. Parce que je suis une extra terrestre, et surtout parce que j'avais besoin d'exprimer tout ce monde qui vit en moi. Lorek, c'est plus qu'un roman. Cinq ans, de hauts, de bas, de joie, de tristesse, de dĂ©termination, de dĂ©sespoir, de peur, de victoires et j'en passe, sont contenues dans ses 241 pages. 
Ma petite histoire d'une page est devenue mon grand roman de 241 pages. Ma plus grande fierté.
Je n'aurais pas rĂ©ussit Ă  m'y rendre sans tellement de gens que j'ai peur d'en oublier. Je vous suis indescriptiblement reconnaissante et ce, probablement pour toujours. Vous m'avez pousser Ă  faire ce que j'aspire Ă  faire. Vous m'avez tellement pousser vers le haut, et mis devant la vĂ©ritĂ©, je ne peux vous remercier assez, jamais. 
Merci d'abord Ă  Miguel, qui m'a permis d'Ă©crire les premiĂšres phrases de cet Ă©norme projet. C'est avec le plus grand des honneurs que j'ai donnĂ© ton prĂ©nom Ă  un de mes personnages prĂ©fĂ©rĂ©s 
Merci Ă  maman, pour tout son soutient, toutes les fois qu'elle m'as parlĂ© de ce projet de sa vision Ă  elle, ça semblait toujours tellement grand, beaucoup plus que je ne me l'avouais. Merci Ă  elle de ne pas m'avoir laisser abandonnĂ©. Merci Ă  elle de m'avoir poussĂ© Ă  fond, et merci Ă  elle d'avoir su me retenir quand je m'Ă©loignais de ce qu'est rĂ©ellement ce roman. Merci maman, de m'avoir rappelĂ© Ă  quel point il est unique et prĂ©cieux. Merci trois milliard de centaines de fois 
Merci Ă  ma marraine hors pair, qui me soutient coĂ»te que coĂ»te, et qui a attendu trois romans avant que celui-ci n'en devienne rĂ©ellement un. Merci Ă  elle d'avoir cru en moi, malgrĂ© que je n'ai pas toujours cru en moi. Merci Ă  elle de m'avoir supportĂ©e et encouragĂ©e comme personne. Merci merci merci 
Merci Ă  mon papounet d'avoir cru en moi aussi fort. Merci Ă  lui d'avoir refusĂ© que j'abandonne, merci  Ă©ternellement!! 
Merci Ă  Aude Vidal-Lessard qui m'a supportĂ©, encouragĂ©e, et rassurĂ©e d'un langage professionnel, en toute connaissance de cause. 
Merci Ă  ma soeur de coeur d'avoir Ă©tĂ© toujours lĂ  pour me fermer le clapet quand je ne croyais pas que ça en valait la peine 
Merci Ă  mon amie Ă©loignĂ©e d'avoir immĂ©diatement vu Lorek comme un ĂȘtre tellement rĂ©el. Ça m'as tellement aidĂ© Ă  croire en mon personnage! Merci merci, encore et encore 
Merci Ă  ma soeur car mĂȘme avec ses propos pas toujours reluisants d'intelligence elle m'a tellement pas laissĂ© tombĂ© 
Merci Ă  ma meilleure amie pour m'avoir fait de la promotion jusqu'Ă  QuĂ©bec, Sagenay, merci Ă  elle d'avoir cru en moi comme si j'Ă©tais la meilleure personne du monde. Merci aussi Ă  son pĂšre, merci, merci (x1000000)
Et merci Ă  tous les autres que j'oublie, ou que je ne peux pas nommer, je vous remercie et vous suis reconnaissante du tout fond de mon coeur, le plus sincĂšrement du monde  
Je ne serais pas la mĂȘme sans eux. Ils m'ont aidĂ© Ă  crĂ©er un roman, et sans ce roman, je ne serais pas complĂšte. Alors tout simplement: MERCI"

đŸș